Processus de traduction

Questions préalables à toute traduction - Un processus en 5 étapes - Logiciels utilisés

Questions préalables à toute traduction

Avant toute demande de traduction, il est nécessaire d'identifier clairement les besoins auxquels la prestation devra répondre, les contraintes qu'elle devra respecter ainsi que les ressources pouvant accélérer ou améliorer le processus de traduction. Les questions suivantes peuvent vous y aider.

Type de public

À quel public s’adresse le texte ? Est-il plutôt expert ou novice ? Dans quel(s) pays vit-il ?

Objectif

Quel est l’objectif de la traduction ? A-t-elle une visée purement informative ou est-elle destinée à être publiée ?

Terminologie

Le texte traduit doit-il intégrer une terminologie propre à votre entreprise ?

Traductions

Des documents similaires ou sur le même thème ont-ils déjà été traduits ?

Terminologie

Des ressources terminologiques unilingues ou multilingues ont-elles été réalisées ?

Contact

Quelle(s) personne(s) contacter en cas de difficulté avec le texte original ?

Combinés à des outils d'aide à la traduction, les documents déjà traduits et les ressources terminologiques :

  • facilitent le travail du traducteur et réduisent parfois les délais de livraison de façon considérable,
  • garantissent la cohérence terminologique dans l’ensemble des documents à traduire.
Délai

Quel est votre délai idéal ? maximal ? Le document doit-il être rendu en une ou plusieurs fois ?

Communication

Souhaitez-vous recevoir des nouvelles de l’avancée de la prestation ? Si oui, à quelle fréquence ?

Format

Souhaitez-vous obtenir la traduction dans le même format de fichier que le texte original ? Si non, le(s)quel(s) ?

Un processus en 5 étapes

Une fois que je dispose de toutes les informations et ressources nécessaires pour traduire votre document, et une fois que vous avez accepté le devis que je vous ai soumis, le processus de traduction peut commencer. Dans un souci de qualité, celui-ci comprend 5 étapes :

Selon les cas, il peut s'agir de :

  • transcrire intégralement un document non convertible,
  • convertir un document PDF vers un format éditable,
  • vérifier le document converti lorsque l'original est de mauvaise qualité,
  • reproduire la mise en page originale du document converti,
  • ajouter des zones de texte sur les images contenant du texte à traduire,
  • effectuer des recherches documentaires ou terminologiques préliminaires,
  • créer un nouveau projet sous MemoQ (voir plus bas).

Pour chaque phrase du document, les étapes suivantes se répètent :

  1. Lecture de la phrase, qui est parfois ambiguë, incomplète (mots oubliés) ou incorrecte.
  2. Compréhension du sens, pouvant nécessiter de consulter des ressources documentaires.
  3. Choix du vocabulaire, pouvant impliquer des recherches terminologiques.
  4. Expression « brute » du sens en suivant les règles de grammaire.
  5. Retouches ou réécriture permettant d'arriver à une formulation naturelle.

Pour chaque phrase du document, je compare la traduction à l'original. Cela permet notamment de :

  • repérer les éventuels oublis, contresens et déviations de sens et y remédier,
  • s'assurer de l'exactitude des dates, montants, pourcentages, noms propres, adresses...,
  • vérifier que le format des nombres a bien été adapté (par exemple, 1 € en français = €1 en anglais).

Entre les étapes de révision et de relecture, il est bon de faire une pause, que ce soit en arrêtant complètement de travailler ou en passant à un autre projet. Une bonne nuit de sommeil est généralement très efficace. Bien entendu, les délais ne le permettent pas toujours.

Cette pause doit permettre au traducteur de prendre du recul par rapport au document original, d'oublier un peu les formulations de la langue de départ pour ne pas se laisser influencer par celles-ci lors de la relecture. Grâce à cette distance, la traduction est généralement plus agréable à lire, car ses formulations sont plus naturelles dans la langue d'arrivée.

En théorie, la dernière étape est celle de la relecture, qui permet de :

  • corriger les éventuelles fautes d’orthographe ou de grammaire (conjugaisons, accords, ponctuation...),
  • repérer les phrases pouvant être améliorer et les reformuler afin qu'elles « sonnent » plus français ou anglais.

Selon le texte, il arrive parfois de procéder à plusieurs relectures, ou de procéder à une seconde révision pour s'assurer que les modifications effectuées lors de la relecture n'ont pas altéré le sens du texte.

Dans certains cas, à votre demande, je peux faire appel à une collègue pour relire la traduction. Dans ce cas, après son intervention, je procéderai à une dernière relecture afin d'examiner les changements proposés par ma collègue et de les intégrer ou non à la traduction.

Logiciels utilisés

Badge MemoQ

MemoQ

Afin de tirer le meilleur parti des ressources terminologiques et des documents déjà traduits, j'utilise un logiciel d'aide à la traduction, MemoQ. Celui-ci accepte de nombreux formats de documents, y compris les présentations PowerPoint.

MemoQ présente le texte dans un tableau à deux colonnes avec une phrase par ligne, le texte original se trouvant dans la première colonne et la traduction dans la seconde. Cette présentation est très pratique lors de la traduction et de la relecture.

En extrayant le texte du document original, MemoQ permet de se concentrer sur le texte à traduire sans être gêné par la mise en page et sans risquer de modifier accidentellement celle-ci. Pour chaque phrase, il liste :

  • les termes du texte original présents dans les ressources terminologiques et leurs équivalents dans la langue d'arrivée,
  • les phrases, issues de documents déjà traduits, qui ressemblent beaucoup à la phrase à traduire, en permettant de réutiliser les traductions de ces phrases proches qu'il suffit ensuite d'adapter.

Il permet également d'effectuer des recherches dans les documents déjà traduits pour retrouver des termes qui n'auraient pas été ajoutés aux ressources terminologiques.

Pour chaque projet, il permet de créer et de sélectionner des ressources spécifiques, que ce soit par domaine, par type de texte, par client... Ainsi, si vous utilisez une terminologie spécifique, je peux créer des ressources propres à votre entreprise et les réutiliser dans tous les projets que vous me confiez.

WordPress

Autres outils

En fonction de vos besoins, je peux bien entendu utiliser un logiciel différent, en me formant rapidement à l'utilisation d'un nouvel outil si nécessaire. J'ai notamment de l'expérience avec le système de traduction en ligne XTM Cloud.

Si vous souhaitez faire traduire des pages, articles ou autres éléments de votre site WordPress, par exemple à l'aide de Polylang, je peux intervenir directement dans votre CMS. WordPress est un système avec lequel j'ai créé plusieurs sites et que je connais très bien.

En quoi puis-je vous être utile ? Contact »